Accueil / Presse / L’épreuve de la mort d’un frère ou d’une soeur

L’épreuve de la mort d’un frère ou d’une soeur

​Perdre un frère ou une sœur, c’est un cataclysme dont on ne mesure pas souvent l’ampleur. Pourquoi est-ce fondamental de prêter attention à la souffrance des enfants qui restent  ? Les réponses de Valérie Brüggemann, psychothérapeute​.

Télécharger cet article

14 commentaires

  1. Bonjour,
    J'ai perdu ma soeur au mois de janvier 2018 d'un cancer du poumon qu'on a décelé en septembre 2017. On nous a dit que le traitement allait l'aider mais qu'elle ne guérirait jamais. Elle avait 30 ans.

    Comment décrire la souffrance que je ressens ? Il n'y a pas de mot.

    Je n'en parle pas car j'ai l'impression d'être un poids pour les autres.
    Je fais tous les jours semblant mais je suis meurtrie au plus profond de moi. Je ne m'en remets pas.

    Quelqu'un a-t-il ressenti ce décalage avec son entourage ?

    Maryline
    • Oh que oui et le décalage est grandiose !
      Avoir un masque que l'on porte tous les jours est très fatiguant
    • Bonjour,
      J’ai perdu mon frère dans un accident de voiture en août 2017. Il avait 27 ans.
      La douleur est insupportable.
      Je ressens moi aussi un décalage avec les autres.
      Ceux qui n’ont pas vécu ça et qui ne me comprennent pas.
      Je ressens un tel manque au quotidien et une douleur au plus profond de mon cœur. J’ai l’impression que ma vie s’est arrêtée en même temps que la sienne. Le monde continue de tourner alors que pour nous, le temps n’existe plus.

      Tu me manques mon frère
  2. Bonjour,
    Je m'appelle Sandy, j'ai 28 ans et j'ai perdu ma soeur Laetitia il y a maintenant 9 mois. Elle est décédée le 9 décembre 2017, 15 jours après son anniversaire.
    J'ai deux enfants et un mari mais malgré tout l'amour qu'ils me donnent, j'ai mal. Mes parents me disent qu'il faut rester forte, ne pas pleurer; pleurer, selon eux, c'est être faible; mais tous les jours, je suis en larmes.
    Au début, elle avait une pancréatique et après ça a été un cancer généralisé. Je n'ai pas pu aller à son enterrement car elle habitait la Rochelle et moi j'habite dans le Pas de Calais. Mon père m'avait juste dit par message : "ta soeur est décédée cette nuit à 3 heures du matin"; et là, je me suis mise à hurler.
    C'était un mère pour moi, elle m'a élevée comme sa propre fille; car ma mère ne pouvait à cause de ses problèmes avec l'alcool; ivre du matin au soir. Elle a mis ma soeur dehors à 16 ans, elle la battait tous les jours. A 16 ans mise dehors, donc foyer d'urgence; à 18 ans, la manche à la sortie des magasins SDF et les copains qu'elle a eus tapaient dessus et elle ne pouvait pas avoir d'enfants. A chaque fois qu'elle m'appelait, elle disait j'ai une vie de merde.
    Maintenant je sais que c'est dur pour moi, mais au moins elle repose en paix.
    • Bonjour Sandy,

      La vie est si cruelle parfois, comme elle peut être si belle. Ta pauvre soeur avait réellement une vie dure sur terre, le pire maintenant pour toi est son absence, avec le temps ton mal s'estompera. Et comme tu dis elle repose en paix, plus de maux physiques ni moraux.

      J'ai aussi perdu mon frère cette année, en janvier. Comme toi, j'ai ma vie de famille mais chaque jour qui passe je me pose mille questions et je demande même à avoir des signes car je refuse de croire qu'il n'y a plus rien, je pense que son énergie est parmi nous.

      Je t'embrasse fort et courage à toi.
  3. Bonjour Fafa,

    Je vous donne quelques indications. La prochaine rencontre des frères et soeurs se tiendra à Paris le samedi 26 mai prochain. Plusieurs frères et soeurs, comme vous viennent parler de leur frère et soeur décédé(e). Sur ce lien vous trouverez aussi les dates des rencontres à Grenoble et à Vannes
    et puis il y a aussi le Groupe Facebook pour les frères et soeurs. Cela vous permet d'échanger, de lire, de laisser des témoignages...

    Je suis de tour coeur avec vous Fafa.
    Valérie
  4. Depuis que tu es parti, je ne ferme plus les yeux; une grande partie de moi est partie avec toi; je n'arrive plus à sourire, je suis triste; c'est dur de vivre sans toi; tu es parti si jeune, toi mon frère chéri, frère je t'aimais très fort, je n'arrive pas à vivre sans toi; même notre maman n'a pas supporté la douleur; elle vient de te rejoindre.
    Je n'ai trouvé personne pour m'aider; les gens se sont éloignés de moi; toi mon frère chéri, tu es présent à chaque moment de ma vie tu étais une belle personne, adorable, gentil toujours à l'écoute des autres; mais nous personne nous a aidés.
    J'espère que vous reposez en paix, toi, papa et maman.
    Fafa
    • Bonjour,
      Je viens de perdre Mon fils de 22 ans. Je vous remercie de votre message et je prie pour que vous rencontriez des personnes pour vous aider.
      Isabelle
    • Fafa,
      Est-ce que t'es sur le groupe des frères et sœurs sur Facebook ?
      Je suis si triste quand je te lis, c'est pas possible de lire ton message et passer à autre chose !
      C'est trop dur toute seule,
      T'es de quelle région ?
      Je suis de la Bretagne, au bord du gouffre un jour, énervée un autre jour, mieux et avec des ressources vitales le jour d'après etc etc Mon frère il y a 1 an est parti de l'autre côté, j'en reviens pas... Et voir que t'as plus ton père ou ta mère j'en reviens pas non plus,
      Hésites pas à te mettre sur le groupe si t'as envie et on pourra parler par Messenger quand je l'aurai à nouveau sur mon téléphone si t'as envie, aussi dans certaines villes il y a des rencontres, jsais pas si t'as vu ça
      Laïla
      • Bonjour Laila,
        Je sais ce que vous avez traversé lors du décès tragique de votre frère.
        Il me semble que vous êtes la fille de C.T. J'ai discuté avec votre maman qui a eu la gentillesse de me contacter!
        Courage!
        • Mille mercis Latifa pour votre message. Bravo pour votre force, votre fils doit être fier de vous... C'est une certitude.
          Ma mère fait partie des mamans qui souffrent de l'absolu tragique, cette épreuve à traverser... Et se rapprocher de l'enfant déjà de l'Autre côté.
          C'est Apprivoiser l'absence d'un frère que j'aime si fort, Je ne peux pas pleurer sinon je vais mourir de chagrin.

          Merci Latifa,
          Vives et Douces pensées pour vous et ce que vous traversez
    • Bonjour,

      Il y a 25 ans, ma grande sœur Nanou décède dans un accident de voiture, je n'ai jamais su faire le deuil; et ce 3 juillet 2018, je perds mon autre soeur Karima, son cœur a lâché.
      Je ne vous dis pas comment est ma douleur. Juste un mot : je souffre beaucoup...

Répondre à Arnaud Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Votre commentaire sera publié après validation.

*