Accueil / Audio / Après la mort d’un enfant, de l’expérience du vide à une autre manière d’aimer

Après la mort d’un enfant, de l’expérience du vide à une autre manière d’aimer

Enregistrement de la conférence de Lytta Basset - Paris - 14 janvier 2019

Lytta BassetLytta Basset est accompagnante spirituelle, elle s’adresse à ceux qui cherchent à mettre du sens, à ne pas rester seuls dans le vide, à aller à la rencontre d’eux-mêmes. Si cette théologienne et professeur d’université a su trouver appui sur la religion, c’est pour toujours ajouter : “Le chemin de vérité qui mène à une Vie plus forte que l’irréparable n’est pas l’apanage des croyants, pas même des adeptes de telle ou telle religion”.


Son fils Samuel s’est suicidé en 2001. Aujourd’hui, la parole et les nombreux écrits (*) de Lytta Basset traduisent son chemin de vie. Ils touchent souvent au plus profond d’eux-mêmes ceux qui la lisent ou l’écoutent, tant ils leur donnent le désir d’exister. Elle exprime cette forte conviction qu’elle a chevillée au corps : “Nous nous approprions d’autant plus ce qui nous est arrivé que nous le partageons avec d’autres. Et l’on est jamais autant auteur responsable de sa parole qu’en la rendant publique.”


(*) Ce lien qui ne meurt jamais, Oser la bienveillance, La source que je cherche

5 commentaires

  1. Merci de ce témoignage si complet, je veux dire un témoignage si bouleversant.

    J'ai perdu mon fils il y a onze ans et pourtant il reste présent dans ma vie de tous les jours.

    Alors merci de nous amener doucement et de nous tenir la main quelques instants, cela réchauffe le coeur.
  2. Ça va faire trois mois que mon fils est parti. C'est la troisième fois que j'écoute ce document et je prends des notes notamment sur le manque de respect du deuil que je vis, sur le non amour, continuer à fusionner avec son enfant, ce sentiment d'être amputé...
    Est-ce que je veux encore aimer ? Que devient mon amour ? Est-ce que je veux encore m'investir, traverser ce sentiment de manque ? Et le pire c'est qu'effectivement quand on a déjà perdu, qu'on a été confronté à la mort en ce qui me concerne de mes parent0,s de mon frère, aujourd'hui de mon fils, je sais plus, alors j'écoute ce documentaire...

    Moi, je n'ai aucune raison de continuer; je n'ai pas d'autres enfants; le père de mon fils est parti, il n'est même pas venu aux funérailles, les amis sont partis et le téléphone ne sonne plus.
    • Bonjour
      J'ai perdu mon fils unique de 42 ans brutalement d'un AVC le 21 février 2019
      J'avais aussi perdu mon seul frère à l'âge de 49 ans d'un accident de voiture et mes parents mais eux étaient âgés
      Je voulais vous dire que je vous comprends
      Rien ne peut nous consoler
      Je prends quelques anxiolytiques et du Novanuit qui me fait dormir
      Sinon j'espère que le temps nous aidera à apprendre à vivre avec
      Bon courage
  3. Nous étions là, présents ce soir lors de la conférence de Lytta Basset, elle met des mots là où ça fait mal car elle est sur la même longueur d'onde, de parents orphelins.

    Grâce à l'enregistrement réalisé par l'association (un grand Merci à vous), j'ai pu prendre des notes tranquillement chez moi, des notes que je relis souvent afin d'avancer, "de faire partie du monde des vivants".

    C'est sûr, je vois mon quotidien d'un autre oeil, "nous sommes à contre courant avec la société". Mais j'ai du mal avec ce vide et avec l'expérience du vide, Lytta Basset nous a donné des clefs, à nous d'ouvrir à notre "rythme" ces portes pour continuer, notre Route; maintenant, lorsque la plaie se rouvre, je sais que je ne suis pas seul avec cette absence de L'Enfant Chéri (e).

    Je veux vous dire Parents : Courage à Vous.
    Très Bonne Année 2019 Paix et Joie
    Anthony et Lydie, parents de notre Romain Chéri
  4. "...douleur extrême de ce vide... où es tu, où es tu, ce lien qui ne meurt jamais... rien ne peut combler ce vide... on ne se quitte jamais..."

    Que des mots qui résonnent. Merci de ce partage à Lytta Basset.
    Merci à l'association pour la mise à disposition de l'enregistrement, un témoignage aidant.

    Annie, maman d'Aurélien

Répondre à Pascale Annuler la réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Votre commentaire sera publié après validation.

*