Accueil / Témoignage / Antoine

Antoine

Le 12 juillet 2006, tu quittais ce monde après t’être battu avec beaucoup de courage pendant six mois contre un cancer. Dix ans après la vie continue malgré tout… Même si tu nous as quittés beaucoup trop tôt, ta présence est toujours dans la maison.
Sur le balcon de ta chambre, il y a toujours ton sac de ton premier job d’été dans le bâtiment! Je n’ai jamais osé le jeter car tu avais travaillé si dur pour te payer ta première moto cross. Dans le garage, ton autre petite moto est toujours là à attendre que quelqu’un la mette en route mais je sais qu’elle ne redémarrera plus jamais!
Dans ta chambre, au pied de ton lit, ton ballon de foot toujours bien gonflé est encore là car tu avais promis à Angèle, ta petite sœur, de lui apprendre à taper dedans mais aucune autre occasion ne s’est présentée pour enseigner l’art de taper dans un ballon à ta sœur!
Le drapeau breton est toujours accroché au plafond de ta chambre. Il me rappelle les bons moments que nous passions en famille quand nous allions en vacances à Paimpol dans le gîte d’Anne-Claire et que tu aimais couper les choux, monter sur le tracteur et aller à la coopérative pendant que nous, on attendait…
Le 9 juillet 2006,tu as regardé ton dernier match de foot à la télé. La France avait perdu en finale de la coupe du monde contre l’Italie. A la fin du match tu avais dit : “On n’a plus qu’à aller se coucher!”. Le même scénario s’est reproduit le 10 juillet 2016 puisque la France a perdu contre le Portugal en finale de la coupe de l’Euro. Une petite voix intérieure (qui n’était entre autre que la tienne) m’a dit d’aller me coucher !
Depuis que tu m’as laissée, je me raccroche à des souvenirs qui souvent m’amusent beaucoup ainsi que ton père et tes deux sœurs, Leslie et Angèle.Tu étais un sacré numéro! Quelle énergie!
Même si tu n’es plus avec nous quand nous avons une décision à prendre ou que l’on parle de sujets politiques ou sociétales, je me pose toujours cette question : “Si Antoine était encore là aurait-il apprécié ou se serait-il emporté ?”
Ton absence m’a amenée au fil de ces dix années à avoir un autre regard sur ce qui m’entoure.
C’est la première fois depuis dix ans que je mets sur papier ces quelques souvenirs. J’en éprouve un réel besoin pour passer cette étape de dix ans de manque.
Ce message, je le ferai partager à ton père, tes sœurs, à tous ceux qui t’ont aimé et qui ne t’ont pas oublié.

Francine,ta maman

Un commentaire

  1. Bonsoir Francine,

    Je trouve ce soir votre message et combien il me parle... Mon fils nous a quittés le 5 août 2006 mais le temps a beau filer, il ne se passe pas un jour sans que je pense à lui... A la maison aussi trône un ballon de foot et Vincent n'apprendra jamais à son petit frère à jouer...

    Le souvenir des jours heureux est si bon mais fait également si mal parfois. Qui mieux qu'une autre maman qui a vécu cela peut comprendre ce que j'entends par là ?

    J'espère que vous avez pu trouver la paix. Je vous embrasse,
    Francine

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Votre commentaire sera publié après validation.

*