Audio

Celui qui…

François Morel

Une chanson à l’apparence légère qui dit une fois de plus qu’il n’y a pas de mot pour désigner “celui qui perd un enfant”. A consommer sans modération.

Je pense encore à toi

Francis Cabrel

Une chanson sensible enregistrée en 1980 par Francis Cabrel. Toujours d’actualité.  

Comment vivre après la perte d’un enfant ?

En quête de sens - Radio Notre Dame - 5 déc. 2019

Lorsqu’un enfant meurt la vie de ses parents, de sa fratrie s’en trouve à jamais bouleversée. C’est toute la détresse d’un être humain confronté à l’implacable loi de la vie qui s’empare du cœur et de l’esprit. Peut-on retrouver la paix ? Comment vivre après la perte d’un enfant ? Un témoignage de parents endeuillés et l’expérience du Dr Christophe Fauré pour évoquer cette question le 5 décembre dernier, dans l’émission En Quête de Sens sur radio Notre Dame. Ecouter l'émission >> 

Sois tranquille

Emmanuel Moire

Le chanteur Emmanuel Moire évoque avec beaucoup de délicatesse le lien avec son frère jumeau disparu.  

Bernard Chambaz et les anges

Entretien avec Laure Adler - France Inter - 3 sept. 2019

Aux morts pour qu’ils vivent Aux vivants pour qu’ils aiment Joseph Delteil (citation en exergue du roman)
Laure Adler dans son émission L’heure bleue du 3 septembre 2019 interroge le romancier, poète et historien, Bernard Chambaz à l’occasion de la sortie au Seuil, de son dernier livre: "Un autre Eden", récit littéraire qui mêle avec délicatesse la vie de Jack London à celle de Martin, son fils mort à 16 ans, il y a 24 ans. Martin est né le même jour que le célèbre écrivain à un siècle d’écart. Martin aurait eu 40 ans, Jack London est mort à 40 ans. C’est ainsi que Bernard Chambaz décide de relier les deux événements dans ce roman qui est autant une biographie romancée de Jack London, qu’un hommage à l’écrivain qu’il admire : "Le nom de Matin Eden retentit comme un coup de cymbales et une sommation. Depuis 24 ans ils sont inséparables. Il était temps de les mettre de plain-pied, ensemble, courant à perdre haleine dans les ravines, devisant gaiement…" Ces deux-là, ce sont Martin le fils et Jack London l’auteur. Dans "Un autre Eden", Bernard Chambaz les rassemble dans une fluidité de mots qui visent l’universel. Il restitue la beauté du monde en parcourant le Canada, toujours à vélo, les 5000 kilomètres que Jack London a parcourus à 18 ans le menant à Vancouver. Dans ce très bel entretien vivant, parfois joyeux et tout en délicatesse, Laure Adler conduit Bernard Chambaz, lui qui fait l’expérience d’une douleur inconsolable, à s’exprimer ainsi : "Au bout d’un temps, le deuil est compatible avec la joie. La moitié de notre être est calcinée, l’autre moitié est ouverte à la joie". Bernard Chambaz dont la voix se brise quand Martin redevient très proche, Bernard Chambaz, lui qui appelle "bienheureux ceux qui marchent dans le fouettement furieux des ailes de l’ange" conclut l’entretien par un : "Finalement le monde, il est beau !" et le livre, en exprimant sa gratitude pour tous les auteurs qui l’ont nourri, les vivants et les morts. dominique D.
Voir la présentation de l'émission sur le site de France Inter en cliquant ici Pour écouter directement l'émission, utiliser le lecteur ci-dessous