Accueil / Témoignage / Avec Lili, je suis partie

Avec Lili, je suis partie

A travers mes lectures, les témoignages et autres articles, je me suis aperçue que nous, mamans endeuillées, parlions la majeure partie du temps de notre chagrin. Douleur de l’absence, douleur du manque. Puis souvent nous nous raccrochons à nos souvenirs qui adoucissent notre cœur en miettes.
Mais je constate que rarement, nous parlons de nous. Voici un petit texte sans prétention que j’ai écrit pour exprimer,  du moins essayer, ce que j’ai comme impression d’être aujourd’hui. Je m’adresse à ma Lili.
“Je suis entre deux Moi. Je suis entre Moi. Le Moi d’avant, tu sais duquel je parle Toi! Eh bien, il m’a quittée en même temps que ton Toi charnel.
Je porte le Deuil de toi et moi.
Le nouveau Toi, je le devine, je le sens, je l’apprends.
Mais mon Moi, le nouveau, n’est pas encore né. Ou alors… ce n’est pas ça Moi ?!
Non ! Ce n’est pas possible ! Il ne me plaît pas.
Il est fort, peut-être. Mais il est si triste, on le voit dans ses yeux, ses silences. Puis il fait semblant. Ça me dérange ça ! Je n’ai jamais joué la comédie. J’ai toujours été vraie. Ah ! Ce Moi là est vrai aussi ?!… Rhaaaa! Non ! Je ne l’aime décidément pas.
Tu penses que je dois l’accepter, l’apprivoiser ? Mais dis Moi (donc à moi !),je peux le faire évoluer, tu crois ? Non, parce que là comme ça, si je dois vivre avec moi, ça va pas le faire !
Bon au fond, il est bon aussi. Souriant, généreux, dynamique aussi. Mais tellement solitaire et angoissé par tant de trucs. Pfff.
Bon je vais faire un effort et essayer de me familiariser avec Lui. Peut-être comme ça, ben les gens aussi du coup… Mais bon, je promets pas un succès immédiat ! On verra bien.
Il est temps pour Moi de dire au revoir à tout ce qui était moi.
Adieu Moi et tout ce qui brulait en moi. J’espère qu’une braise restera au fond pour qu’un jour le nouveau moi la réanime pour que tu sois vraiment fière de Moi.”
Soliloque schizophrénique d’une Mamange


Autres témoignages de la même auteure

12 commentaires

  1. Bonjour,

    J'ai perdu ma sœur âgée de 42 ans d'un cancer du sein ultra agressif en l'espace de 18 mois; cela a été un tsunami pour nous tous et surtout pour ses quatre enfants, le dernier âgé de 18 mois lors de son décès.
    C'était déjà pas le top dans ma vie mais avec cette mort injuste, c'est le gouffre et le noir.
    Ce sentiment d'incompréhension : pourquoi nous et que vont devenir ses enfants ? C'est justement quand on regarde ses enfants que la tristesse nous envahit. Pour eux, c'est beaucoup trop douloureux de l'évoquer : maintenant, ils ont des angoisses et des tics mais ils ne souhaitent pas voir un psychologue et je crains qu'un jour cela leur éclate à la figure.
    J'ai tellement de peine pour eux avec la disparition de leur mère datant de 2 ans; mais de toute façon, on ne s'y fera jamais, beaucoup trop dur à accepter et faire avec.
    J'espère juste que les enfants auront une vie normale même si elle est bancale parfois, car c'est à eux que je pense chaque jour et à leur avenir mais on ne sort pas indemne d'une si grande perte. Car elle a laissé un vide immense avec son sens de l'humour, ses différents débats, elle était belle, grande, élancée, curieuse de tout, avec un superbe sourire, très sociable et s'adaptait à toutes les situations et de plus très intelligente.
    Mais pourquoi cette tragédie? ça vous dégoûte de la vie car elle est finalement fragile, et une chose est sûre : ce sont toujours les bons qui sont touchés et jamais les ordures et j'en sais quelque chose!
  2. Sandra le 25 avril 2018 1h30
    J'ai perdu ma fille de 40 ans à la suite d'un suicide chez elle avec ses 2 enfants et leur père. Après plusieurs TS, elle a enfin réussi.
    Je ne m'en remets pas. De plus, j'en veux terriblement à son compagnon qui est responsable.
  3. Il est parti ce lundi 22 octobre... il avait 31 ans...
    J'ai peur de ne pouvoir continuer ma route... Je ne sais comment rassurer mes proches qui se sentent tellement impuissants face à ma douleur... je veux juste rester seule, ne voir personne et rester dans mes pensées...
    comment reprendre le dessus ? Lundi je dois reprendre le travail dans une classe de maternelle. Vais-je en être capable ? je ne sais plus quoi faire...

    Une maman dévastée
    • Pascale,

      Nous avons perdu un fils de 20 ans il y a un an.
      Nous sommes à vos côtés, ce soir, respectueusement, affectueusement.
      Nos pensées pour que vous puissiez trouver en vous les ressources, avec l'aide et le réconfort de vos proches.
      Jean-Luc
  4. Je suis un papa triste, sidéré qui a besoin de se confier. Le 14 décembre 2017, j'ai perdu ma fille 13 ans dans un accident entre son bus scolaire et un train.
    Avec ma femme (sa belle maman), nous voyons depuis ce jour dramatique un psychologue qui nous permet d'avancer très très lentement; mais les jours sont vides de sa présence. Tous les jours, je vois son visage qui me sourit au travers de mes pensées; mais je ne peux toujours pas regarder ses photos, ni rentrer dans sa chambre. Nous survivons, nous sommes limite burn-out car nous n'avons pas arrêté de travailler, nous gérons des chalets en montagne et nous venons de passer d'horribles périodes entre les fêtes de Noël ainsi que les vacances de février...
    Nous replongeons sans cesse dans le drame par le biais des médias, des avocats, des réunions car l'accident était collectif, six enfants décédés... Difficile de faire son deuil dans de telles conditions.
    J'ai besoin de vos témoignages ainsi que de vos soutiens.
    Merci Stéphan
  5. J'ai perdu mon coeur en avril 2017 : Maëva avait 13 ans. Depuis ce jour je ne suis plus rien. Je n'ai plus goût à rien. Je n'aime plus les vacances, les repas, les balades, les courses et plus rien du tout. Pas un jour sans pleurer mon amour parti trop tôt, pas un jour sans les images terribles de ces derniers jours et malheureusement je n'arrive pas à me souvenir des moments joyeux et heureux que nous avons eus. Cécile
  6. J'ai perdu mon bébé de 3 ans ce 25/11/2017 dans un accident de la route dont je ne suis pas responsable mais qui me fait culpabiliser.
    Mon bébé me manque tellement, je me sens tellement vide à l'intérieur, j'ai plus envie de rien. Quand je sors dehors, j ai une boule au ventre.
    Pourtant j'ai un grand de 14 ans qui a besoin de moi, alors j'essaie de rester forte mais c'est tellement dur. Les gens s'attendent à retrouver la Vanessa toujours souriante. On me disait que j'étais un rayon de soleil mais celui-ci est parti.
    Comment accepter de vivre sans mon bébé ? Tous les jours, j'entends : reste forte pour ton grand, avec le temps ça va aller, t'as que 30 ans tu feras d'autres enfants. Mais ils comprennent pas...
    J'aimerais parler avec quelqu'un à qui malheureusement c'est arrivé mais je connais personne. Mon coeur est complétement détruit. J'ai l'impression de ne plus rien ressentir.
    • J'ai perdu ma fille le 4/01/2017, déjà 1 ans et elle me manque terriblement.
      Je me sens vide comme toi sans joie.
      J'ai 2 autres filles de 20 et 11 ans, je sais qu'elles ont besoin de moi que je dois aller de l'avant, qu'elles ont besoin
      d'une mère forte mais souvent je n'arrive pas à cacher mes larmes, je suis triste et ne ressens rien non plus.
      Le temps passe et je suis comme à coté de la vie mais plus dedans. Les gens ne peuvent pas comprendre,on est en décalage avec eux..
    • Un enfant ici et l'autre... ailleurs ; et toi, la mère, à vouloir être avec les deux, écartelée ; j'ai connu ça, voici plus de 28 ans. La naissance d'une troisième (pas du tout remplaçante, pas du tout conçue pour remplacer le fils disparu), deux ans plus tard, m'a remise dans la vie, a même paru atténuer la plupart du temps, pendant vingt ans, cette drôle de dépression qui fait de nous, les parents endeuillés, des zombis. Ma fille est adulte, maintenant, elle vit sa vie. La vieille dépression m'a attendue : pas tous les jours, mais brusquement, sans raison apparente, elle m'assaille ou m'enveloppe, ou bien elle édifie un mur entre la vie et moi ; alors j'évite de rencontrer des vrais vivants : je pleure, ou bien je dors ; l'un ou l'autre sans pouvoir m'arrêter... Et puis "ça" repart : la vie, c'est fort.
      J'ai lu que c'est pathologique, cette prolongation infinie du deuil. Ben oui. Et alors ?
      Il me semble qu'il faut laisser la tristesse nous traverser -ce que je n'ai pas fait, pas sûre de ne pas m'effondrer totalement, ou exploser, je ne sais pas, un truc invivable pour mon enfant vivant-, en confiant notre dérive à quelqu'un qui peut comprendre, qui nous aidera à remonter quand la vague noire sera passée -elle passe ; oui, elle repasse, mais elle passe : il y a des répits-. Quelqu'un d'ici, peut-être...
    • Bonjour Vanessa,
      J'ai moi aussi perdu ma fille de 3 ans le 19 septembre 2017.
      Je comprends parfaitement le vide que vous ressentez et je ne crois pas les gens qui osent me dire qu'avec le temps ça va aller. Nous sommes déjà fortes et c'est pas la force qui nous manque, c'est notre enfant. Rien ne sera plus comme avant et nous ne serons plus jamais les mêmes.
      J'ai moi aussi un autre enfant de 7 ans, l'autre soleil de ma vie. Mais le manque est là et rien ni personne ne pourra le combler; j'essaie chaque jour d'apprendre à vivre avec, mais la peine est toujours la même. Je donnerais tout pour tenir une fois encore Maya dans mes bras.
      Prenez bien soin de vous...
      Mathilde
  7. Ce Moi, celui qui faisait que ce moi aux yeux des autres était moi, n'existe plus. Ce moi s'est éparpillé en mille fragments, mais les autres continuent de vouloir voir ce moi qui était moi et qui a explosé en plein vol depuis 3 ans. J'ai l'impression que je suis deux, celle qui est là aux yeux des autres et qui n'est plus moi, et moi qui regarde ce moi perdu vivre tout en faux-semblant. Et je voudrais que ce nouveau moi qui n'est pas encore moi s'étale au grand jour et que ce moi soit visible par tous avec mes fêlures, avec ma blessure béante qui ne cicatrise pas.
    Mais voilà l'entourage n'est pas prêt. Alors ce moi qui n'est plus moi et ce moi qui devient moi se côtoient et ne fusionnent pas. Combien de temps encore afin que mon nouveau moi soit accepté et compris.
    Je le sais, jamais plus je ne serais cet ancien moi, et pour vivre avec mon nouveau moi, qui représente ce que je suis aujourd'hui, il faut que les autres le reconnaissent. Je suis une maman brisée et amputée d'une part d'elle-même et rien ne sera jamais plus comme avant. Christine
  8. Merci au site de l'avoir partagé!

Réagissez

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

Votre commentaire sera publié après validation.

*